Les magasins de musique souffrent en silence

instrument de musique

Entre demande d’exclusivité, des achats par lots, mais moins importants que les gros acteurs sur Internet et la nécessité de s’aligner sur le prix des sites Internet spécialisé, la vie n’est pas simple pour les magasins de musique.

Une évolution progressive

Un peu comme les libraires et les disquaires, les vendeurs de matériel de sonorisation, d’instruments de musique… souffrent de plus en plus.
La cause pointée du doigt est souvent Internet, mais ce n’est pas la seule explication.

De plus en plus de magasins de musique ont fermé dans les différentes villes, mais il faut savoir que des sites ont également mis la clé sous la porte…
Le fait de se spécialisé a pu aider un temps, mais sur un marché local souvent saturé, il est important de pouvoir répondre à de nombreuses demandes, de la sonorisation à l’éclairage pour soirée, en plus des instruments de musique.

Une baisse de la demande

Que cela soit à cause des sites Internet français, voire étranger (en particulier l’Allemagne et les Pays-Bas), mais aussi par un marché qui semble diminuer avec un changement culturel profond. Les plate-formes de streaming, de téléchargement en sont la preuve.
De même, les français jouent moins de musique ou du moins achètent moins d’instruments de musique avec 600 millions d’euros de dépensé dans le secteur en 2016 contre 755 millions en 2013. Cela reste un marché important et mature, mais il est en décroissance pour plus d’acteur et moins de marge. Pour comparaison, le marché du livre et de l’édition représente 6 milliards d’euros et est lui aussi en plein bouleversement avec les liseuses et la baisse de l’achat de livres.

un service différent

Les magasins font la différence en donnant un vrai conseil, en permettant d’essayer le matériel, expliquer comment l’installer, offrir une garantie et un SAV simplifié… et c’est la dessus qu’ils jouent !
La fidélité remercie ce type de prestation, mais la concurrence des prix et la facilité de commande en ligne sont aussi des arguments très forts.

Il ne faut pas tout mettre sur le dos d’Internet, car oui la concurrence des prix et l’achat en quelques clics jouent un rôle, mais il ne faut pas oublier que le marché de la musique est en transformation et attire bien moins de personnes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*